Classe bilingue Français/Breton

Apprendre à lire en CP bilingue

Apprendre à lire en classe bilingue signifie que l’élève, en fin de C.P., va être capable de lire et de comprendre progressivement un mot, une phrase puis un
texte simple, en français comme en breton. A ce titre, le travail réalisé préalablement en maternelle est fondamental pour faciliter l’entrée dans la lecture de nos élèves. Les professeurs bilingues ont la chance de disposer de plusieurs outils pédagogiques qui peuvent éventuellement compléter une méthode en français.

Avec Telo hag Anna, les élèves suivent les aventures de deux enfants. Ils peuvent lire de petits textes.
Avec Deskomp lenn, les enfants disposent d’un panel d’exercices.
Ninnog ha Tudi est une méthode pour les élèves déjà bien avancés en lecture à l’entrée du CP.

A l’école publique de Quintin, les élèves de CP de la classe bilingue apprennent à lire avec une méthode en français d’orientation syllabique nommée Pilotis.
Cette méthode sera accompagnée de petits cahiers d’exercices issus de Deskomp lenn.
Dès début décembre, les élèves ont assez de lettres et de sons dans leur boite à outils pour que je puisse leur proposer de petits textes à lire issus de Telo hag
Anna. Des « rallyes lecture » en français et en breton viendront enrichir ce travail.
Aussi, la période de septembre à décembre demande beaucoup d’attention et de concentration à nos apprentis lecteurs.

Pour les élèves sachant déjà lire en début de CP, je propose depuis la rentrée le fichier Ninnog ha Tudi qui permet un renforcement de la lecture en breton.
Afin d’habituer les élèves à parler et à comprendre le breton, la langue des consignes et de la communication quotidienne sera majoritairement le breton.
L’appropriation des rituels du jour par les élèves et de petits sketches permettront aux élèves de pratiquer la langue bretonne, d’abord de façon
guidée puis d’une manière plus autonome.
Les enfants apprendront des chansons, des comptines et des poésies issues du patrimoine linguistique breton ainsi que des œuvres en français d’auteurs chers
au monde de l’enfance.

Tiphaine Lesselingue, rentrée scolaire 2019
Professeure des écoles bilingue à l’école publique de Quintin

Abaoe an distro-skol eo digor hentad divyezhek skol bublik Kintin. Trizek bugel zo enskrivet ennañ, e rummadoù ar re vihanañ, ar re vihan hag ar re grenn, da lavaret ez eus tri rumm oad.

Da 8e30 e erru ar vugale er c’hlas, "Demat !", degemeret e vezont gant an itron Cécile Morvan, kelennerez ar skolioù e klasoù divyezhek. Komzoù ar pemdez a vez kaset e brezhoneg evit al lodenn vrasañ evit ma klevfe ar vugale ar yezh-se ha zo nevez evito en darempredoù hag en oberoù diazez ar vuhez sokial. Boutin-boutin a vez graet gant an div yezh. E brezhoneg e vez kaset an darn vrasañ eus ar beurevezh, ha goude kreisteiz e kousk ar vugale (e galleg...).

Deskiñ ar muiañ ar gwellañ a c’herioù e-kerzh ar c’helenn er skol-vamm, aze emañ an dalc’h gant ar pennad soubidigezh-se er brezhoneg. Ent gwir, dav eo prientiñ an deskiñ lenn ha skrivañ e CP a vo graet en div yezh, galleg ha brezhoneg. Ur mell tamm sevenadur a vez kaset evel-se d’ar vugale, dre implij albomoù da lenn ha da selaou, da skouer. Darn anezhe zo bet troet diwar ar galleg (Loulou gant Grégoire Solotareff), darn all zo bet savet e brezhoneg (Marc’hig Gwenn gant Jérôme Palud). Un ti-embann levrioù brezhonek evit skolioù zo ha reiñ a ro kement-se tro d’ober traoù liesseurt.

Peurliesañ ne oar ket brezhoneg tud ar vugale met n’eo ket ur skoilh. Gwelet a reont labour o bugale er c’haier-skol. Gant ar skridoù brezhonek ez eus un dibab gerioù troet e galleg, peadra evito da gompren eus petra zo kaoz. Ouzhpenn-se e vez enrollet mouezhioù ar vugale gant an itron Morvan ingal, ha kaset dre bostel.

Evel-mañ e vez graet an deskerezh skol, dre ar santadurioù hag ar c’hoari war un dro. Kement-se zo diouzh ar mennadoù lakaet d’ar skol-vamm.

A-benn bloaz en em gavo ar vugale er memes klas met cheñchet e vo ar staliadur rak un drederenn anezho a vo e rummad ar re vras. Ur plas disheñvel o do er c’hlasad lieslive neuze, evit deskiñ traoù nevez. A bouez eo e c’hellfe kompren ar vugale o flas nevez er c’hlas a vloaz da vloaz.

La filière bilingue de l’école publique de Quintin est ouverte depuis la rentrée scolaire 2017 avec une classe de maternelle. Y sont inscrits 13 enfants de petites et moyenne sections, c’est-à-dire trois tranches d’âge.

Les enfants arrivent à 8h30 dans la classe, « Demat !», accueillis par Mme Cécile Morvan, professeur des écoles en classe bilingue. Les échanges du quotidien se font pour une majeure partie en breton de façon à ce que les enfants entendent cette nouvelle langue dans les relations et les actes fondateurs de la vie sociale. La règle est 50 – 50 pour chacune des langues. La matinée est donc en grande partie consacrée à la langue bretonne, les enfants dormant en début d’après-midi (en langue française…).

L’intérêt de ce bain de breton est d’acquérir le plus de vocabulaire possible au cours des enseignements donnés en école maternelle. En effet, l’apprentissage de la lecture et de l’écrit en CP se prépare pour exister dans les deux langues, le français et le breton. C’est donc tout un apport culturel qui se fait en particulier par l’intermédiaire d’albums à lire et à écouter. Certains sont des traductions du français (comme Loulou de Grégoire Solotareff), d’autres sont des créations en langue bretonne (Marc’hig Gwenn de Jérôme Palud). Une maison d’édition d’ouvrages pour les scolaires a vu le jour et a permis d’augmenter les possibilités.

Pourtant la plupart des parents ne parlent pas bretons, mais ce n’est pas un problème. Ils découvrent les travaux de leurs enfants dans le cahier de vie. Pour les textes en breton, chansons et comptines apprises, quelques mots de vocabulaire accompagnent le travail pour leur permettre de mieux comprendre. De plus Mme Morvan enregistre les enfants régulièrement et envoient les fichiers par courriel.

C’est donc un apprentissage scolaire qui se fait de façon à la fois affective et ludique. Cela correspond aux objectifs donnés à l’école maternelle.

L’année prochaine, les élèves restent dans la même classe mais des changements d’espace auront lieu. En effet, un tiers des enfants seront en grande section. Ils prendront une place un peu différente dans cette classe multi-niveaux pour de nouveaux apprentissages. Il est important en effet que chaque année les élèves puissent comprendre leur nouvelle place dans la classe.

 

logo_langue_bretonne

 

Ouverture à la rentrée 2017 d'une filière bilingue à l'école publique.

Suite à la décision favorable de l'Education Nationale, l'ouverture de la filière débutera par la mise en place d'une classe maternelle..... Pour l’année 2017 elle concerne les enfants nés en 2015, 2014, 2013 et 2012, habitant Quintin ou ses environs. Les parents intéressés peuvent télécharger la fiche d'inscription .

Une politique partagée par l’Etat et la région Bretagne

Ce dossier, mené conjointement par la mairie, l’Education Nationale et l’OPLB s’inscrit dans le cadre de la Loi de refondation de l’école de 2013 qui dispose que l’enseignement des langues régionales doit être favorisé et que  l’enseignement bilingue français-langue régionale est encouragé dès la maternelle.

La convention spécifique signée entre l’Etat et la Région Bretagne pour la période 2015-2020 permet d’aller plus loin dans l’affirmation de cet engagement partagé puisque « l’Etat s’engage sur la durée de la convention à tout mettre en œuvre pour ouvrir de nouveaux sites bilingues ». Cette convention prévoit également des nouveautés intéressantes puisqu’elle ne retient pas la notion de seuil minimal d’élèves pour les ouvertures de nouvelles filières.

Fonctionnement et avantages de l’enseignement bilingue

L’enseignement bilingue à l’école publique suit les programmes officiels de l’Education Nationale et est basé sur la parité horaire : la moitié du temps en classe se déroule en breton et l’autre moitié en français. Les évaluations faites par l’Education Nationale montrent que les élèves provenant de ces filières ont des résultats équivalents en français.

Ces filières sont ouvertes à tous. La majorité des élèves sont issus de familles qui ne pratiquent pas la langue bretonne, et sont parfois originaires d'autres régions ou même d'autres pays. L’école assure la transmission de cette deuxième langue et le bilinguisme précoce, favorisé par la pratique quotidienne des deux langues donne des atouts précieux aux enfants : ouverture culturelle, apprentissage facilité des langues étrangères, développement des capacités dans les domaines scientifiques et artistique, renforcement de l’apprentissage de la langue maternelle, plus grande compétence à conserver ses compétences mentales à un âge avancé. Enfin, le taux de réussite aux examens pour les élèves provenant de ces filières est excellent et la maîtrise du breton est devenue un atout dans le monde professionnel (1400 postes de travail en 2015) .